Feeds :
Articles
Commentaires

Libération, mai 1997

Les deux situations, aussi critiques et insolubles l’une que l’autre : celle de la nullité de l’art contemporain, celle de l’impuissance politique face à Le Pen. Elles s’échangent et se résolvent par transfusion : l’impuissance à opposer quoi que ce soit de politique à Le Pen se déplace sur le terrain de la culture et de la Sainte Alliance culturelle. Quant à la mise en cause de l’art contemporain, elle ne peut venir que d’une pensée réactionnaire et irrationnelle, voire fasciste…

Que peut-on opposer à cette conjuration respectueuse des imbéciles ? Rien malheureusement ne peut corriger ce mécanisme de perversion intellectuelle, puisqu’il s’inspire de la mauvaise conscience et de l’impuissance de nos élites « démocratiques » à résoudre aussi bien l’impasse de l’art que l’impasse politique de la lutte contre le Front national. La solution la plus simple est de confondre les deux problèmes dans la même vitupération moralisante. La vraie question devient alors : ne peut-on plus l’ « ouvrir » de quelque façon, proférer quoi que ce soit d’insolite, d’insolent, d’hétérodoxe ou de paradoxal sans être automatiquement d’extrême droite (ce qui est, il faut bien le dire, un hommage rendu à l’extrême droite) ? Pourquoi tout ce qui est moral, conforme et conformiste, et qui était traditionnellement à droite, est-il passé à gauche ? Révision déchirante : alors que la droite incarnait les valeurs morales, et la gauche au contraire une certaine exigence historique et politique contradictoire, aujourd’hui, celle-ci, dépouillée de toute énergie politique, est devenue une pure juridiction morale, incarnation des valeurs universelles, championne du règne de la Vertu et tenancière des valeurs muséales du Bien et du Vrai, juridiction qui peut demander des comptes à tout le monde sans avoir à en rendre à personne. L’illusion politique de la gauche, congelée pendant vingt ans dans l’opposition, s’est révélée, avec l’accession au pouvoir, porteuse, non pas du sens de l’histoire, mais d’une morale de l’histoire. D’une morale de la Vérité, du Droit et de la bonne conscience – degré zéro du politique et sans doute même point le plus bas de la généalogie de la morale. Défaite historique de la gauche (et de la pensée) que cette moralisation des valeurs. Même la réalité, le principe de réalité, est un article de foi. Mettez donc en cause la réalité d’une guerre : vous êtes aussitôt jugé comme traître à la loi morale. La gauche tout aussi politiquement dévitalisée que la droite – où est donc passé le politique ? Eh bien, du côté de l’extrême droite. Comme le disait très bien Bruno Latour dans le Monde, le seul discours politique en France, aujourd’hui, est celui de Le Pen. Tous les autres sont des discours moraux et pédagogiques, discours d’instituteurs et de donneurs de leçons, de gestionnaires et de programmateurs. Voué au mal et à l’immoralité, Le Pen rafle toute la mise politique, le solde de tout ce qui est laissé pour compte, ou franchement refoulé, par la politique du Bien et des Lumières. Plus se durcit la coalition morale contre lui – signe d’impuissance politique – plus il tire le profit politique de l’immoralité, d’être le seul du côté du mal. Quand la droite est passée du côté des valeurs morales et de l’ordre établi, la gauche n’a pas hésité, jadis, à défier ces mêmes valeurs morales au nom des valeurs politiques. Aujourd’hui, elle est victime du même glissement, du même dessaisissement : investie de l’ordre moral, elle ne peut que voir cristallisée ailleurs l’énergie politique refoulée, et se cristalliser contre elle. Et elle ne peut qu’alimenter le Mal, en incarnant le règne de la Vertu, qui est aussi celui de la plus grande hypocrisie. Le Pen, il faudrait l’inventer. C’est lui qui nous délivre de toute une part maléfique de nous-mêmes, de la quintessence de ce qu’il y a en nous de pire. A ce titre, on doit lui jeter l’anathème – mais, s’il disparaissait, pitié de nous, livrés à tous nos virus racistes, sexistes, nationalistes (notre lot à tous), ou tout simplement à la négativité meurtrière de l’être social. En cela, il est le miroir de la classe politique, qui exorcise en lui ses propres maux, comme nous exorcisons en elle toute la corruption inhérente au fonctionnement social. Même fonction corruptrice, même fonction cathartique. Vouloir extirper cela, vouloir purifier la société et moraliser la vie publique, vouloir liquider ce qui tient lieu du mal, témoigne d’une méconnaissance totale des mécanismes du mal, et donc de la forme même du politique. Les antilepéniens, jouant de la dénonciation unilatérale et ignorant tout de cette réversibilité du mal, en ont laissé le monopole à Le Pen, qui jouit ainsi, par son exclusion même, d’une position imprenable. La classe politique, en le stigmatisant au nom de la Vertu, lui assure la position la plus confortable, où il n’a plus rien d’autre à faire que rafler toute la charge symbolique d’ambivalence, de dénégation du mal et d’hypocrisie que produisent spontanément à son profit et comme à sa solde, ses adversaires se réclamant du bon droit et de la bonne cause. Son énergie lui vient de ses ennemis mêmes, qui s’empressent de détourner ses propres erreurs à son profit. Ils n’ont pas compris que le bien ne résulte jamais d’une éviction du mal, qui prend toujours alors une revanche éclatante, mais d’un traitement subtil du mal par le mal. Tout cela pour dire que si Le Pen est l’incarnation de la bêtise et de la nullité – certes – mais de celle des autres, de ceux qui en le dénonçant dénoncent leur propre impuissance et leur propre bêtise, en même temps que l’absurdité qu’il y a à le combattre frontalement, sans rien avoir compris à ce jeu de chaises diabolique – alimentant ainsi leur propre fantôme, leur propre double négatif dans un manque terrifiant de lucidité. Qu’est-ce qui commande à cet effet pervers, tel que la gauche est bloquée dans la dénonciation, alors que Le Pen garde le monopole de l’énonciation ; l’un tirant tous les bénéfices du crime, et l’autre tous les effets négatifs de la récrimination ; lui s’éclatant dans le mal et la gauche s’enferrant dans le victimal ? Une vérité toute simple : en séquestrant Le Pen dans un ghetto, c’est la gauche démocratique qui s’enferme, qui se désigne comme puissance discriminatrice et s’exile dans son obsession. Elle rend automatiquement à l’autre le privilège du déni de justice. Et Le Pen ne se fait pas faute d’arguer de cette légalité républicaine à son profit, mais c’est surtout dans le prestige illégal, imaginaire, mais très profond, du persécuté, qu’il s’installe, si bien qu’il peut jouir à la fois des bénéfices de la légalité et de l’illégalité. De cet ostracisme il tire une liberté de langage, une insolence de jugement que la gauche s’interdit à elle-même. Un exemple de cette pensée magique qui tient lieu aujourd’hui de pensée politique. On reproche à Le Pen le rejet et l’exclusion des immigrés. Mais ceci est une goutte d’eau dans le processus d’exclusion sociale qui est en cours à tous niveaux (1.). Et de celui-là, de ce processus complexe et inextricable de responsabilité collective, nous sommes tous complices et victimes. Il est donc typiquement magique de conjurer ce virus qui diffracte partout en fonction même de notre « progrès » social et technique, d’exorciser cette malédiction de l’exclusion et notre impuissance face à elle dans un homme, une institution ou un groupe exécrables, quels qu’ils soient, un chancre qu’il suffirait d’opérer par ablation, alors que les métastases sont déjà partout. Le Front national ne fait que suivre les voies frayées par les métastases, avec d’autant plus de virulence qu’on croit en avoir éliminé l’abcès et que les germes diffusent alors dans tout l’organisme. Sans compter que cette projection magique envers le FN en use exactement de la même façon que lui envers les immigrés. Il faut se méfier de cette ruse de la contamination qui fait que, par simple transparence du mal, le positif se change en un virus négatif, et l’exigence de liberté en « despotisme démocratique ». Toujours cette réversibilité, cet enroulement subtil du mal, dont l’intelligence rationnelle ne se méfie pas (alors que toute la pathologie moderne nous en apprend tant au niveau du corps physique, nous n’en tenons pas compte quant au corps social). Il faut, pour rester en politique, se garder de l’idéologie et voir les choses en termes de physique sociale. Notre société démocratique, c’est la stase ; Le Pen, c’est la métastase. La société globale périt d’inertie et d’immunodéficience. Le Pen est la transcription visible de cet état viral, sa projection spectaculaire. C’est comme dans les rêves : il est la figuration burlesque, hallucinatoire, de cet état latent, de cette inertie silencieuse faite d’intégration forcée et d’exclusion systématique à doses égales. L’espoir, dans cette société, de réduire les inégalités sociales s’étant (presque) définitivement éloigné, il ne faut pas s’étonner de voir le ressentiment se déporter sur l’inégalité des races. C’est la faillite du social qui fait le succès du racial (et de toutes les autres formes de stratégies fatales). En ce sens, Le Pen est le seul analyseur sauvage de cette société. Qu’il soit à l’extrême droite n’est que la triste conséquence qu’il n’y en a plus depuis longtemps à gauche ni à l’extrême gauche. Certainement pas les juges, ni les intellectuels – seuls les immigrés, à l’extrémité inverse, seraient aussi en position d’analyseurs, mais une certaine bonne pensée les a largement récupérés. Il est le seul qui opère une réduction radicale de la distinction droite/gauche – réduction par défaut, certes, mais la critique sans appel qui en a été faite dès les années 60, et en 68, a malheureusement disparu de la vie politique. Il récupère ainsi une situation de fait que la classe politique se refuse à affronter (elle fait même tout pour l’effacer par les élections), mais dont il faudra bien un jour tirer les conséquences extrêmes. Si un jour l’imagination politique, l’exigence et la volonté politiques ont une chance de rebondir, ce ne peut être que sur la base de l’abolition radicale de cette distinction fossile qui s’est annulé et désavouée elle-même au fil des décennies, et qui ne tient plus que par la complicité dans la corruption. Distinction évanouie dans les faits, mais que par un révisionnisme incurable, on s’acharne à ressusciter, faisant ainsi de Le Pen le générateur de la seule nouvelle scène politique. Comme si tout le monde était complice pour saborder ce qu’il reste de démocratie, sans doute pour donner l’illusion rétrospective qu’elle a bien existé.

Y a-t-il une possibilité de tirer les conséquences de cette situation extrême (mais originale) autrement qu’à travers le médium hallucinatoire de Le Pen, c’est-à-dire autrement que par une conjuration magique où s’épuisent toutes les énergies ? Comment ne pas succomber à cette excroissance virale de nos propres démons, sinon en reprenant en compte, au-delà de l’ordre moral et du révisionnisme démocratique, cette analyse sauvage dont Le Pen et le FN nous ont en quelque sorte dépossédés ?

1. L’exclusion elle-même, en même temps que la fracture sociale, s’est trouvée exclue par le décret de dissolution de l’Assemblée.

9 Réponses à “Jean Baudrillard, La conjuration des imbéciles”

  1. George-s dit :

    Je me souviens encore de l’effet que ce texte avait fait sur moi quand je l’ai découvert, alors ! Comme ces explosifs qu’on place dans la roche avant que la montagne ne s’affaisse sur elle-même…

  2. NR dit :

    En ce qui me concerne, je me rappelle l’avoir découvert sur le forum du Parti. Il avait été scanné et posté par un (futur) dissident, si ma mémoire est bonne. Merci à lui.

  3. George-s dit :

    C’est de moi que vous parlez ? Je ne me souviens pas du tout de cet épisode !

  4. NR dit :

    Je crois pouvoir affirmer que ma mémoire ne me fait pas défaut. Quand j’avais voulu incorporer ce texte à mon site il y a quelques années, je ne l’avais trouvé que sous cette forme scannée; et il me semble bien que c’était l’oeuvre de Boris.

  5. George-s dit :

    Je vous crois. Je vous crois. (je répète parce qu’on me dit que mon « commentaire » est trop court)

  6. dominiquedegoumois dit :

    boris, boris karlofff?????

    tout s’explique alors, la momie et les vampires!

  7. dominiquedegoumois dit :

    On ne dira jamais assez ce que la sociologie à fait pour l’aveuglement des foules dans les sujets qui nous occupent en ce moment!
    Ils minimisent tout, mentent, s’arrangent avec le vrai, afabulent, résultat, vous êtes coupable dés que vous ouvrez la bouche!
    Edgar Morin face à la harpie, (la belfégor de l’institut du monde arabe), qui ne fronce même par un sourcils en l’entendand nous traiter de SOUS-CHIENS, troublant non, un intélo-collabo, on ne les avait donc pas tous passer par les armes en 45 !

  8. dominiquedegoumois dit :

    « Libération » un journal qui porte de moins en moins bien son nom non?
    « Aliénation » serait plus juste aujourd’hui!

  9. lolodau dit :

    Ce qui est marrant c’est que celle que vous appelez la « belfégor de l’institut du monde arabe », Hourria Bouteldja pour ne pas la nommer, pourrait être considéré comme la représentante ultime de ces immigrés en position d’analyseur sauvage de la société, extrémité inverse de Le Pen, et dont Baudrillard semble regretter l’absence. Mais il n’a pas connu une organisation comme les indigènes de la république et sa porte parole. Car il est clair que l’on ne peut pas dire, en ce qui les concerne, qu’ « une certaine bonne pensée les a récupérés ». Et eux aussi ils sont « le(s) seul(s) qui opère une réduction radicale de la distinction droite/gauche ». D’où l’animosité et le rejet moral auxquels ils sont condamnés, comme le commentaire ci dessus nous en donne encore l’illustration. Commentaire venant pourtant d’un lecteur admiratif de Baudrillard…Paradoxal ??? Pas si sur !!!

    « En ce sens, Le Pen est le seul analyseur sauvage de cette société. Qu’il soit à l’extrême droite n’est que la triste conséquence qu’il n’y en a plus depuis longtemps à gauche ni à l’extrême gauche. Certainement pas les juges, ni les intellectuels – seuls les immigrés, à l’extrémité inverse, seraient aussi en position d’analyseurs, mais une certaine bonne pensée les a largement récupérés. Il est le seul qui opère une réduction radicale de la distinction droite/gauche – réduction par défaut, certes, mais la critique sans appel qui en a été faite dès les années 60, et en 68, a malheureusement disparu de la vie politique »

Laisser un commentaire